C'est par cette belle journée ensoleillée que notre ancien terrain de Bienvillers au bois fut baptisé au nom de l'ancien président décédé en 2000.
voici le discours pour se rappeler de notre histoire et de cet homme dévoué


Pour commencer, je tiens à adresser un grand Merci à la Municipalité de Bienvillers au bois d’avoir eu cette volonté de pérenniser ce site historique au sein du village. Cette rénovation spectaculaire a été rondement menée tout d’abord par vos 2 employés municipaux mais également par l’implication des élus, du club mais avant tout de Bienvillois complètement étranger au monde du tir a l’arc qui sont venue spontanément donner un peu de temps pour cette remise a neuf donnant du coup encore plus de sens et de valeur à cette journée.
Malgré notre histoire et ce site incroyable, nos malheurs d’an- temps, nous ont forcés à trouver une aide extérieur pour survivre et continuer à pratiquer notre sport. Nous avons eu la chance de trouver un accueil chaleureux dans la commune de Monchy au bois et découvert Max Démelin, maire de l’époque, malheureusement disparu il y a un mois, un homme plein de sagesse et d’humanité qui nous a ouvert les portes de son village sans rien nous demander en retour. Je sais qu’il serait le plus heureux des hommes aujourd’hui, nous avons tous une pensée pour lui.
Mettant toujours un point d’honneur à revenir chaque 1er Mai sur ce jardin d’arc. Tout d’abord pour ne pas oublier nos racines et nos traditions mais surtout pour honorer une promesse envers Serge Nepveu qui ne voulait en aucun cas qu’on abandonne ce terrain si riche d’histoire.
Nous, dirigeants actuels, avons plus souvent l’habitude de nous projeter vers l’avenir que de nous plonger dans le passé, des que l’on regarde un peu derrière nous, on se rend vite compte de la richesse de l’histoire des archers réunis et du dévouement de tous ces hommes et femmes qui depuis si longtemps ont gardés la pratique et la tradition du tir à l’arc à Bienvillers au bois.
Je pense à tous ces anciens présidents comme par exemple Descamps Arthur, Vermelle Gilbert, Nepveu Narcisse, Monsieur Duvivier, Monsieur Capiaux, Nepveu Serge et Level Serge pour qui nous avons une pensée particulière car il nous a quittés cette semaine. Je suis persuadé que nos maigres archives en ont perdues quelques noms en route.
Même si la gestion d’un club et la pratique du tir à l’arc ont beaucoup changées, la passion et le dévouement des bénévoles de tout temps est restée la même.
J’ai évoqué le nom de Serge Nepveu a plusieurs reprises, parlons un peu de lui maintenant, Serge pour qui, beaucoup d’entre vous, sont venus aujourd’hui, a très certainement tiré ses premières flèches ici tout jeune quand il accompagnait

son père Félicien lui aussi archer, pratiquant durant toute sa vie il y converti nombreux membres de sa famille ou amis.
On le retrouve en 1972, vice-président de Gilbert Vermelle lui aussi un ardant défenseur de cette tradition du jeu d’arc et un président actif et dévoué.
Serge assura la présidence du club de 1976 jusqu’en 1990, il eût à lutter contre l’arrivée d’un mode de vie de plus en plus moderne et égoïste faite de nouvelles habitudes de loisirs, de vacances et de communication. Combien de jeux anciens, javelots, fléchettes, combien de bistrots : lieux de rencontre et de pratique, ont disparus ces année-là ? .Beaucoup de compagnies d’arc ont elles aussi faites les frais de cette époque. Pour ne pas voir, lui aussi, disparaître sa société, Serge tenait dans les années 80, un stand de tir dans un garage a coté de chez lui à chaque ducasse du village en juillet, espérant toujours recruter de nouveaux archers. Moi, il m’a donné le virus en 1982 !
J’ai découvert petit à petit ce sport et cet homme qui emmenait tous les archers de l’époque à Avesnes le compte ou à Arras pour des concours amicaux ou assurait l’organisation quand nous recevions. Déjà les meilleurs d’entre nous pouvaient participer aux compétitions officielles de la fédération.
Serge tenais particulièrement à faire respecter la tradition du tir du Roy et du banquet de la Saint Sébastien, au café chez Gilbert et Marie Antoinette Hennebique. Il y a d’ailleurs un vitrail a la gloire de notre saint dans l’église offert par les archers de l’époque, excusez du peu.
Persuadé très tôt, que le salut du club passerait par la jeunesse, les démonstrations et les portes ouvertes permirent de voir débarquer toute une flopée de gamins et de gamines très intéressée par cette arme . L’arme de Robin des bois, notre plus grand porte-parole.
Ces tous les mercredis et pendant de longues années, qu’il assura l’encadrement et la surveillance de tous ces jeunes jusqu'à ce que sa santé l’empêche de continuer.
Et quelle surveillance ! En effet, souvent un peu fatigué, il restait assis sur sa chaise pliante et menait toute la troupe au son du sifflet, personne ne s’en est jamais plaint. Mais plus que tout, il aimait profondément s’occuper d’eux et était fier de leur progrès. Il les accompagnait le plus souvent possible lors de nos déplacements pour le challenge shoopi par exemple. Sa récompense suprême était la journée du tir aux boîtes d’allumettes. Il récupérait toutes sortes de cadeaux et de lots pendant toute l’année pour avoir la joie de coller autant de boîtes d’allumettes numérotées qu’il avait de lots , celui ou celle qui transperçait de sa flèche une boîte gagnait le lot associé. Il fallait les voir courir vers lui pour

savoir ce qu’ils avaient gagnés ! En ce temps là, les walkmans à cassettes, les minis radios et les calculettes faisaient fureur !
Puis il y eut la venue de Bernard Véra, avec toute sa connaissance du sport, et surtout de sa fille Audrey venu pratiquer le tir à l’arc après l’avoir découvert en vacances c’est elle qui est devenue par la suite la 1ère archère internationale du club, il y en eu d’autres par la suite. Tout cela, rassura Serge sur notre devenir.

Bizarrement l’incompréhension d’une majorité d’élus de cette époque était proportionnelle à nos résultats de plus en plus extraordinaires pour un si petit club ! Peut-être faisions-nous peur ? Ça allait trop vite sans doute !
Il arriva donc un moment ou le seul salut pour nous fût de nous expatrier à Monchy au bois, Bernard et Moi avions peur de sa réaction le jour venu de l’annonce. Sa logique et son ouverture d’esprit forçat encore plus notre respect. Lui pourtant si attachés aux archers de Bienvillers au bois avait compris et nous encourageait maintenant dans notre démarche. Son seul souhait, sèchement avoué d’ailleurs, était de ne jamais nous voir abandonner ce terrain et le nom du village.
Promesse tenue SERGE
Tout ce dévouement lui valu de recevoir la médaille de bronze de la jeunesse et des sports ici a Bienvillers au bois
Ce jardin d’arc, tellement en beauté aujourd’hui, va porter son nom à jamais. J’ai l’impression de refermer un livre dont l’histoire finit bien.

Vous l’aurez compris, avec un passé aussi riche, beaucoup de personnes étaient sans doute aussi méritantes que lui, mais Serge fût le dernier président de l’ère des archers réunis de Bienvillers au bois, il sût tenir la maison et passer le flambeau tout en acceptant notre mutation salvatrice. Sa seule volonté a été respectée et le sera encore pour longtemps.
Il doit être heureux aussi de cette journée, et de la bonne santé du club, nous sommes cette année 64 licenciés, faisons partie des 30 meilleurs clubs formateur de jeunes en France , détenteur du label argent national , tout en visant l’or l’année prochaine nous avons une équipe féminine qui évolue depuis 6ans en division nationale 2, nous sommes représentés dans les instances départementales, régionales, et même nationales en la personne de Bernard Vera, de plus en plus de membres s’impliquent dans le fonctionnement et l’encadrement .
Bref tout va bien pour nous aujourd’hui.
J’espère sincèrement que nous sauront aussi humblement que nos ailleux continuer à faire découvrir et pratiquer le tir a l’arc dans notre région rurale.
Merci Serge, Merci Mr le Maire ainsi que toute votre équipe, Merci à vous tous, famille, archers, amis d’être avec nous les témoins de cette inauguration.

ce site a été créé sur www.quomodo.com